• Ecriture

    Atelier d’écriture de Bruno Tessarech, 1/4

    Unique photo prise durant le we – floue parce que épuisée Château de Caramagne, clôture du Festival du premier roman, à Chambéry Je suis arrivée à l’atelier d’écriture de Bruno Tessarech avec une mauvaise nuit sous les yeux, une petite dose de stress dans le cœur, et sans avoir bu de thé – ce fut le plus difficile. J’avais bien failli être en retard parce que les enfants n’avaient pas su quitter l’hôtel, et j’ai été accueillie par (trop) de regards et avec ce thé qui m’avait manqué – la tasse chaude entre les doigts, tout s’affronte. Étrangement je me sentais relativement sereine, une sorte de mélange inquiet et tranquille…

  • Ecriture

    [écriture automatique arbre ] – Ineffable : ce qui échappe au dire

      « les fragments sont l’expression d’une recherche expérimentale toujours recommencée, en vue d’une totalité qu’il s’agit de reconstruire pas à pas » Friedrich Schlegel   Atelier d’écriture à partir de cette photo Il reste une semaine avant que le thème ne change, pour ceux qui désirent participer Il s’agit là d’une écriture automatique     les souvenirs s’entassent dans les herbes les pluies les gouttes tu aimais tu disparaissais dans un même geste le drap fatigué d’odeur les souvenirs dans les trous de mémoire tu te cales là dans les interstices qu’est-ce qui est retenu sous les branches de l’arbre de ce que tu as laissé de ce que…

  • Ecriture

    Les évidences simples

        évidences simples       C’est arrivé.   Ranger nettoyer trier jeter. Ce n’est que du rangement visible de ce qu’il se passe à l’intérieur, une contrainte physique de ce qui se cache. Je ne cesse de me rencontrer sans me reconnaitre. Peut-on se cacher de soi ?   L’insomnie après le livre. Réaliser après  le livre. Magnifique lecture transgénérationnelle qui me posait dans l’inacceptable avec le reste du monde. Je n’étais pas seule, il y avait Vous, il y avait les failles et les secrets, la culpabilité et la vie. Qui pose la question. Pouvons-nous tout pardonner ?   Il est difficile de composer avec une vie…

  • Ecriture

    Atelier d’écriture : décrire un silence

      Atelier des scribtonautes : (écrit rapidement, juste pour le plaisir de participer. Trop rapidement, puisqu’il y a des répétitions) Décrire un silence Ce matin là, les nuages trainaient dans un ciel un peu paresseux : on aurait pu le penser immobile tant même l’air semblait figé. A pas feutré elle avançait dans la neige, fragile paysage endormi et immaculé. La solitude l’enveloppait, absorbait jusqu’à son souffle. La tranquillité des lieux apaisait la jeune femme, à en oublier cette exigence du monde de remplir les silences, ces effrayants silences. La tempête intérieure qui l’avait poussée à marcher dans le froid s’extasiait maintenant sur ce paysage comme assourdi. Elle ne savait plus…