La ferme enchantée, compte-rendu de samedi

La ferme enchantée, compte-rendu de samedi

Le jour de notre départ, j’avais bien trop marché, bien trop stressé, bien trop couru. A la gare les trains avaient 1h de retard (le notre.. 1 minute!), 10 minutes de file d’attente aux guichets automatiques, et tellement de monde que j’avais peur de perdre Gnome seulement accroché à la poussette.

Dans le train, une fois assise, tellement de contractions et une telle douleur, j’ai bien cru que ce bébé, j’allais l’avoir là tout de suite.
Et le soir ça a recommencé, assise à table.. au point que j’ai dit à mon mari, « je crois que demain tu vas y aller sans moi« .

Et puis le matin, tout allait bien, la grande forme. Second jour sous magnésium, j’ai pris double dose.. miraculeux !

Quand nous sommes arrivés, j’ai pris un peu peur devant la petitesse du lieu et la pauvreté de ce qui était sous nos yeux. C’est donc très inquiète que j’ai payé l’entrée. Je ne savais pas encore qu’à la fin de la journée, nous repartirions sans en avoir fait le tour.

Gnome a foncé dans un enclos de bac à sable, ayant pour thème « travaux et construction », très bien étudié. Il y est resté 1h30 avant qu’on ne puisse l’en déloger, tout à son plaisir. Nous sommes restés assis (semi-allongée pour ma part) dans les transats prévus à la grandeur du parc, confortablement et à l’ombre. C’était reposant, agréable, je me sentais particulièrement zen, nous avons passé notre temps entre silence et discussions : longtemps que nous n’avions pas eu ce temps là pour nous.

ferme1


Quand il a été d’accord pour en partir, on s’est dirigé vers l’attraction suivante (photo coupée pour que les autres enfants n’apparaissent pas) :

Rebondir

C’est quand on a commencé à se diriger vers les animaux (au fond du parc, loin de l’agitation de l’entrée), que j’ai commencé à me rendre compte de la grandeur de la chose. Une immense pelouse, pour jouer au ballon (prêtés par le parc), s’allonger, faire un parcours, courir.. Il y a des tables et bancs de piquenique en bois pour adultes.. et à taille d’enfants ! Tout a été pensé famille, enfants, et pour absolument tous les âges !

ferme3

ferme4

Les animaux ont encore plus d’espace que les personnes qui visitent, et ce n’est pas peu dire : il y a 6 poneys et un âne pour 3 grands enclos, par exemple. Nous avons pu les nourrir, avec un pot par enfant offert à l’entrée.

ferme5ane

ferme6cochon

Gnome a vu ses yeux s’illuminer de bonheur anticipé, quand il a su qu’il pouvait faire du poney, au point qu’il m’a dit que c’était le plus beau moment de sa journée avant même d’être monté dessus ^^ Et il a adoré, au point de vouloir en faire trois tours, promené par son papa (ma fatigue m’a empêchée de le faire bien que j’eu beaucoup aimé le faire aussi). Et c’est sans aucune culpabilité financière que nous avons payé (seuls frais à rajouter sur le parc, tout le reste étant laissé à disposition), première fois je crois que je ressens cela : pouvoir sortir de l’argent, sans un arrière-fond de culpabilité sur l’impact budgétaire du mois.. pas de mots pour exprimer cela.

ferme7poneys

Je ne peux mettre plus de photos sur ce post, pour qu’on ne voit pas le visage de Gnome, mais je le ferai quand j’aurai un moment, avec un mot de passe.
Nous aurions pu avoir un 4èm tour gratuit, offert par le parc (sans doute peu habitué à ce que les parents payent autant de tours), mais le petit commençait à bien fatiguer ; il a préféré aller vers les jeux d’eau (les plus belles photos sont ici, ici et ici), mais voici un peu de quoi voir la grandeur du lieu. Les arrosoirs, les seaux.. tout était à disposition des gens, gratuitement.

ferme8

Nous nous sommes poursuivis, arrosés, épuisés ; nous avons ri, couru sous les tunnels d’eau.. ce fut merveilleux. Nous avons terminés trempés et avec des coups de soleil ; bien qu’au mois d’octobre, le soleil tapait vraiment fort..
Il y aurait de quoi, à cet endroit, faire de magnifiques photos pro, avec model, tant les chutes et les effets de gouttes sont sublimes. Allez, je ne résiste pas à vous mettre celle que je préfère :

https://i0.wp.com/fc05.deviantart.net/fs71/f/2011/275/7/1/711304cb1ca7dc16a4eaffe02d19fac4-d4blhgr.jpg?resize=600%2C450

C’est épuisés que nous sommes repartis voir les chèvres comme nous l’avions promis au gnome (sans quoi nous serions repartis tant il semblait dormir sur place). Chèvres gourmandes et insatiables, qui m’ont grimpé dessus à tour de rôle avec beaucoup, beaucoup d’espoir ^^

ferme9chèvres

Il était 16h quand nous avons quitté les lieux, avec un enfant un brin groggy. A peine avions nous démarré que la tête a dodeliné, le regard vide. Une minute avait passé qu’il dormait, réveillé à chaque tournant par sa tête qui ballotait.. eh oui, les constructeurs n’ont pas prévus qu’un enfant dorme dans son siège rehausseur. J’ai du passer derrière pour qu’il puisse poser sa tête contre moi et s’endormir profondément ;).

Nous n’avons pas vu le château fort, les hamacs, les balançoires.. une autre fois peut-être ^^ Cette sortie est vraiment à refaire, dommage que nous en soyons si loin ! Pour les intéressés, c’est à Saint Chaptes dans le Gard.

Pour ne pas l’oublier

Pour ne pas l’oublier

    La semaine dernière :

* Pour la 1ère fois depuis de loooongs mois, il a fait pipi dans son bain.
Je l’ai sorti du bain.
Je ne peux pas enlever l’eau, la bonde est cassée.
Mon fils est retourné dans la salle de bain. S’est penché pour boire l’eau.
Est venu s’en vanter.

* Craquage quotidien :
– Attention c’est chaud.
– Pourquoi c’est chaud ?
– Parce que je viens de le réchauffer.
– (viens de tousser) Pourquoi je dois en prendre moins ?
– Pour pas tousser.
– Pourquoi ça colle ?
– Parce que y’a du gruyère.
– Pourquoi y’a du gruyère ?
– Parce que papa en a mis.
– Pourquoi papa en a mis ?
OUI BORDEL, POURQUOI ? ‘_’

* On entend une maman appeler son fils, à côté de nous « Gnoooome! »
Le mien se retourne, pas très content.
_ Je veux pas d’autres enfants s’appellent Gnome. Déjà, c’est moi Gnome et y’a que moi.

Tenez le vous pour dit !


* Voilà comment une réputation se forge ‘_’

_ Papa je veux ça !
_ Elle a dit quoi maman ?
_ Elle a dit oui.
_ Si tu veux survivre, maman a toujours raison.

* Mon fils voit sur mon blog un oiseau (rapace) que j’ai pris en photo il y a plusieurs mois :
_ ooooh ! Fais le s’envoler maman !
_ Et bien c’est une photo chéri.. je ne peux pas..
_ Ben si ! Fais bouger ta souris !
_ …

    Hier matin, à son papa :

– Je ne veux pas aller à l’école !
– Ah et pourquoi ?
– J’ai des choses à faire !
– ..

    Aujourd’hui :

– Quand je serai plus grand, je serai heureux. Mais là, je suis triste (parce que je quittais la chambre). Bonne nuit amoureuse de papa.

Une chose à la fois

Une chose à la fois

Gnome a fait sa rentrée, la seconde. En douceur, prenant ses marques dès le vendredi (2nd jour), lié à sa cousine comme le miel et l’abeille : indissociables.
Ce matin une autre maîtresse a pris le relai, la principale étant également directrice elle a une journée « administration » qui implique un remplacement.

Je me sens partagée, entre une directrice qui a l’air formidable avec les enfants mais qui me semble un brin dépressive et ne communique pas facilement avec les parents, et la 2nde qui a son bac+5 en communication parentale mais semble avoir raté son bac en communication infantile. Un énorme décalage perturbant.
Gnome lui, m’a déjà dit deux fois qu’il ne voulait plus aller à l’école, suivi d’un « j’ai des choses à faire » (bah tiens). Je l’ai récupéré aujourd’hui instable, en larmes au moindre cheveux sur sa route.

Je me sens un peu perdue.

Je n’aurais jamais cru dire ça un jour, mais j’aime la grève de demain, qui tombe à point nommé : garder le petit bout à la maison pour deux jours, est exactement ce dont il a besoin.

De mon côté, je suis en train d’apprendre que si je veux mener au bout cette grossesse sans en faire un prématuré, je ne dois prévoir qu’une seule chose par jour. Et que si j’emmène le grand à l’école, je dois ensuite rester chez moi. Je dois juste le comprendre et l’accepter, ça va finir par entrer dans ma tête !

feerie

Inscription sur les chapeaux de roue

Inscription sur les chapeaux de roue

Chaque jour, Blanche a harcelé la mairie à ma place pour savoir où en était le dossier de dérogation. Chaque jour elle fut renvoyée à « rappelez dans 3 jours », et même mieux lundi « rappelez à la fin de la semaine ».
Et j’avouerai que j’en étais arrivée à vouloir juste une réponse, pour ne plus être dans l’attente.

Bien sûr, elle a de nouveau téléphoné hier, mardi. Et la réponse est enfin arrivée, Gnome change d’école pour aller dans celle de sa cousine ! Je n’y croyais plus..

J’ai pris je crois, la nouvelle un peu trop doucement. J’avais chez moi ma filleule, et pensais aller à la mairie récupérer le certificat vers 17h après son départ. Je préviens mon mari par texto (il est en stage), je l’annonce à la terre entière via facebook (20 personnes à tout casser), je m’occupe de mon fils au milieu, puis prends mon téléphone pour prévenir la (nouvelle) directrice. Qui me donne rendez-vous à 16h45 pour l’inscription (avec le certif et une photocopie des vaccins).

Il était 15h bien passé.. Plus vraiment de marge, quand on a deux choses à faire avant un RV et une petite fille à rendre à ses parents.
Et ce fut l’apocalypse.
Difficulté de joindre le papa, qui finalement arrive à.. 16h15. Heureusement dans ma panique, j’étais déjà en plein milieu de la ville et on n’a pu se rejoindre. Je lui ai littéralement abandonné sa fille, et j’ai couru, couru, couru. Et mon fils adorable, fatigué, a couru sans se plaindre :
– Jusqu’à la photocopie, où le gars m’a arnaquée de 2 centimes en me faisant payer une impression et non une photocopie.
– Jusqu’à la mairie où il y avait du monde, et où à l’accueil je me suis faite envoyer promener sans bonjour ni au revoir et avec beaucoup de mépris (c’est fou vraiment, que toute la ville ne sache pas qu’il y a une antenne scolaire à perpette, mais pas ici).
– Jusqu’à l’antenne en question, pour récupérer le certificat. Où il y a eu un magnifique cafouillage sur le nom de l’école, et où j’ai failli craquer, croyant qu’ils acceptaient la dérogation.. dans une autre école que celle prévue.
– Jusqu’à chercher désespérément l’arrêt de mon bus. Tout est en travaux, c’est une pagaille monstrueuse, les arrêts changent de place tous les mois. J’ai demandé à un chauffeur de bus, pas de bonjour, pas de réponse alors j’insiste, « je ne sais pas demander donc à la T.. » (nom des transports de la ville) et m’a claqué sa porte au nez et a démarré. En larmes en plein milieu d’un trottoir, trois personnes très gentilles (dont une un peu condescendante « vous allez inquiéter votre enfant à pleurer comme ça » : mais je t’emmerde merci), j’ai fini par trouver ce satané arrêt.
– J’appelle la directrice, j’ai 15 minutes de retard et je suis prête à pleurer encore. Elle me rassure, beaucoup de travail, pas prête de partir.
– Le bus arrive, je vérifie le numéro et la direction, je monte dedans.. quand une dame m’arrête : le bus, ce fourbe, vient de changer de numéro ! Elle a suivi mes déboires, et l’adorable dame m’a prévenue, une chance pour moi..
– Je monte enfin dans le bon bus, m’assois.. entame les contractions. Forcément. Et le bus perd lui aussi un temps fou, les portes arrière se bloquent et il doit descendre le faire.. manuellement.
– Quand je descend enfin, sans même être certaine d’être au bon arrêt, la tension est retombée, j’ai un bébé à protéger, je suis en retard de 35 minutes et rien ne changera ça.

L’école est immense.. mais a l’air vraiment chouette.
Il est enfin inscrit, a fait une visite de l’école, puis de sa classe et des jouets mis à disposition.

Gnome par contre fait un blocage, j’ai dû lui dire 5 fois où nous allions sans qu’il s’en souvienne, et à son papa qui lui demande comment ça s’est passé il lui dira « on est sorti mais j’ai rien fait (de particulier) ». Et cette nuit, il a refait pipi au lit.
Forcément, l’angoisse remonte..
Nous parlons beaucoup, j’essaye de le tranquilliser.

Je me demande qui va tranquilliser la maman, qui a rêvé toute la nuit d’école, d’oubli du cahier qu’elle doit signer et rapporter, et d’apprentissage de l’alphabet.


suspendue