Sous la pluie

Coups durs, SED et fatigue intense

  • Sous la pluie

    Lights off

    Un soir je suis partie. Je n’étais plus sur aucune carte existante. Plus personne. Je ne savais pas tout ce dont on a besoin pour disposer d’une identité, d’une fonction identitaire.Ça ne tenait plus, je ne l’ai pas vu. Il y a eu un faux pas, une flic défaillante trop sûre de son pouvoir parce que le flingue sur sa hanche et moi sans peur et j’aurais dû et LeChat qui a peur pour deux, mon agacement et puis le sien et puis ce téléphone qui se met à sonner et dans ma tête le dérapage s’enclenche sans conscience aucune de la bascule. À quelques minutes de là, en sécurité…

  • Sous la pluie

    *post supprimable*

    L’usure est constante, cette fatigue d’être là quand hier la colère me rendait agressive, quand hier je songeais à vivre et seulement vivre, quelle différence, que se joue-t-il en douze heures de temps pour passer de la rage de vivre à la détresse d’être en vie. Cette fatigue, les yeux ouverts. Comment occupe-t-on une journée où respirer pèse. Hier je grimpais une montagne, et aujourd’hui, quoi. Ça sert à quoi, tout ça. Les gouttes dans les yeux pour pas aller à la cécité, l’IRM cet été pour chercher la tumeur dans la tête, c’est pour quoi ces idioties. Maintenant ou demain on y passera, alors quoi ? Hier en colère…

  • Sous la pluie

    Silence

    J’ai été assommée. Je n’ai rien pu faire. La violence a déferlé, mes barrières se sont brisées, j’ai senti la grippe s’engouffrer et une petite voix qui ressemblait beaucoup à la mienne s’est dit et merde alors que l’importance ne se tenait pas là. J’étais donc encore autour de moi, un peu, je me suis dit qu’il fallait que je parle à quelqu’un, tout de suite parce que sinon j’allais hurler et que ça allait me détruire, ces mots trop vieux allaient me détruire.. j’ai regardé l’oiseau bleu et toute ma vision s’est rétrécie, l’écran s’est éloigné entouré de noir, je me suis vue disparaitre, je n’ai rien pu y…