Aujourd’hui qui, quoi, quand, où, comment et pourquoi ?



 

Hélène Cixous et moi
L’une lit l’autre
Toute la journée
Sur mon lit
Allongée sur les draps
Pour le plaisir de ses phrases étonnantes et profondes

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui qui, quoi, quand, où, comment et pourquoi ?
 
 


Parler (m’écrier, hurler, déchirer l’air, la rage m’y poussait sans cesse) ne laisse pas de trace : tu peux parler, – ça s’évapore (…). Mais écrire ! Etablir un contact avec le temps : Marquer ! se faire remarquer !! – Cela, c’est défendu.
Hélène Cixous – La venue à l’écriture

 


Vitrine

 

J’ai essayé d’écrire. Cela fait une heure que j’essaye d’écrire, que j’essaye, qu’il ne veut pas s’arrêter de nous appeler, qu’il ne veut pas s’arrêter, qu’il ne veut pas. Une heure. Alors ces mots pauvres, cet atelier qui n’a plus de sens, et moi qui ne sait pas, ou plus, comment faire avec cet enfant pour qu’il apprenne à profiter, à être heureux. J’envisage de le renvoyer à l’école – le renvoyer de la maison est-ce qu’on peut renvoyer un enfant et qu’il change de foyer comme on renvoie un élève difficile, est-ce que – j’envisage l’école et la demi-pension, pas l’entière, j’envisage et je vois ma mère déposée comme un paquet de linge sale en pension complète à six ans parce que ses parents n’en pouvaient plus et vraiment, je n’avais pas compris alors, comment ils avaient pu, comment.
On peut, comme ça, sur des cris, de part et d’autres. On peut voir passer l’idée.
 

 

ires sur “/span>

Aujourd’hui réflexe


 


Il me les a offert lors de notre premier noël, nous partagions des regards et des gestes doux depuis un mois et vingt jours. Je les avais aimé d’amour fou au premier regard, et il était retourné les acheter. Depuis nous en prenons grand soin, autant que de nous-mêmes. Ce soir pourtant nous les avons oublié sur la petite table, ce soir il les a accroché et si, de réflexe, ses mains se sont penchées vers eux, les verres ont fracassé le sol comme un dernier son lumineux. Un excès de précipitation dans un excès de lenteur.
 
D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui réflexe
 


Oubli est-il le nom de ce brasier qui me dévore le cœur, et au milieu duquel je pleure ?

Hélène Cixous – Homère est morte…

 

bulles Aujourd'hui réflexe
La mer, joueuse

 
 

Laisser les doigts libres.. et n’en rien dire

Tellement, rien. Je suis devant mon écran depuis Trente-deux minutes, je fixe, ne respire pas, ne sais pas comment me dire. Je ne sais plus déjà, m’inventer sur le papier-écran, j’effleure le vide. Dès que je n’écris plus, dès que je m’éloigne des mots, je me fige, comme en détresse ou comme à savoir trop ce que les autres vivent écrivent disent, comme à se dire que je dois faire ainsi et comme ça, et alors je ne sais plus mon chemin, le mien, celui étrange où ma pensée se faufile. J’ai oublié que je dois oublier comment on attend d’une écriture qu’elle soit. Je veux dire, je lis. Je sais comment on raconte. Je sais comment d’autres racontent. Je ne sais pas comment je raconte. Dans quelle ligne de fuite vais-je bien pouvoir me poser si je n’ai pas le temps de me réunir ? Déjà LeChat me dit cela fait une heure et les enfants vont quitter l’ordinateur, et je vais devoir quitter l’ordinateur, et je n’aurais rien pu faire, rien pu exprimer. Sinon cette peur terrible de me briser sur l’impossibilité de venir là, m’abandonner d’écriture.


Et déjà, l’enfant. Crie.

poisson mer herbes
Poisson dans la mer – 12 juin 2017 – Espagne

Aujourd’hui est une petite annonce



 


Cherche mots, d’amitiés doux bleus pour accompagner solitude difficile
Cherche douceur après craquage avec violence
Cherche nuit pour déposer larmes
Cherche carnet pour accueillir mots débordants
Cherche sommeil pour s’envoler sans pensées
Cherche air pour respirer
Se cherche

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui est une petite annonce
 
 


– Qu’est ce qu’on va faire ? dit Deuxfleurs.
– Paniquer ? proposa Rincevent avec espoir.

Terry Pratchett – Le huitième sortilège
 

mer vagues horizon rochers
Estretit, Espagne – Depuis l’arrière du bateau

 
 

Aujourd’hui envie d’être à



 

Mes pensées n’en finissent pas de tomber. Tellement, que l’angoisse remonte, légère, présente. Sinistre ce que je ne souhaite pas être à demain. Je donnerais beaucoup pour les récupérer dans la sérénité, j’ai l’envie si forte d’être à la hauteur de ce qu’il(s) génère(nt), d’être à la hauteur, simplement, de nous. Tous. Chacun. Je vais devoir me distancier plus encore de mes besoins, d’ici.. j’ai cette peur terrible de ne plus savoir écrire, perdre l’irremplaçable ; à m’éloigner serai-je encore moi ?
J’ai l’envie peut-être, d’être à leur départ, ne pas risquer la méconnaissance de mon être dans cette tristesse si instable, à venir.

D’après l’exercice 366 réels à prises rapides – Aujourd’hui envie d’être à
 


Elle avait la figure pâle. Elle avait peut-être aussi les traits tirés; mais alors tirés à main levé par un dessinateur névrosé.
Terry Pratchett – Trois Sœurcières

 

falaise espagne estretit