676

676

Quand un livre est mal écrit, on peut gentiment en vouloir au traducteur. Si le livre est passionnant malgré tout, on passe à l’envie de meurtre sur le-dit traducteur, mais on tente de passer
par-dessus. Et parfois, parfois, on s’habitue au style de l’écriture. Même si.

C’est quand on vérifie et qu’on se rend compte que l’auteur est français, que les choses se gâtent un peu.

C’est ce que j’ai vécu avec ce livre. Tellement mal écrit que j’ai pensé, pardon vraiment, que la traduction était mauvaise. Oui, mauvaise. Parce que les distances sont données en « yards », et que
franchement, ils auraient pu le traduire en mètre, ça ne mange pas de pain.
Je me suis pris une petite claque : aucune excuse au style si mauvais et à ces fameux yards, l’auteur.. est français.

 

https://i0.wp.com/1.bp.blogspot.com/_rPbxwYR6mdA/SclMQRF8IfI/AAAAAAAABH0/rJ92gkywwV4/s400/676-1couv.jpg?resize=264%2C400

Sujet revu et corrigé par un tas de monde, nous voici plongé dans des nombres, maudits ça va de soit, jusqu’à overdose (de nombre ET de malédiction). Ça m’a rappelé mon allergie avérée aux maths,
j’en ai beaucoup voulu à l’auteur de me faire une chose pareille alors que je ne vais plus à l’école.

Et là attention au spoil.
Mais bordel ! On nous fait le coup du diable (lui-même), qui s’incarne dans le corps de ce héros (même pas sympathique), on se dit que bon ben, tant pis pour l’humanité mais au moins le héros va
pas s’en sortir (je suis réaliste, ce héros j’en voudrais surtout pas pour ami donc vraiment il n’a pas à survivre à ça). Et pour faire bonne mesure, une cathédrale lui tombe dessus alors qu’il
est dans les sous-sols et qu’il n’y a aucun survivant, c’est quand même merveilleux ce qu’on peut faire subir à ces personnages dans un livre.

*toussote*
Tout de même, si la lecture en diagonale de ce livre indigeste ne vous a pas suffit, vous finissez les 3 dernières pages parce que ça le fait pas de laisser en plan l’humanité comme ça avec le
diable qui court sur la planète (d’ailleurs pour ma part, je pensais que c’était déjà fait, l’auteur nous apprend donc que non, là maintenant ça va nous tomber dessus sans plaisanterie). C’est
comme ça qu’on apprend que le diable n’est pas si méchant. Il a tué des milliers de personnes avec sa cathédrale par terre, mais il a laissé la vie sauve à celui qui l’a hébergé dans son corps le
temps d’être libéré des enfers.
Vivant, mais un peu demeuré quand même, pour faire bonne mesure..

Vous l’aurez compris, le livre m’a mise en colère, essentiellement parce que j’avais envie de lire un bon livre. Il est mal écrit, il n’y a aucun sentiment, le héros est minable, aucun personnage
sympathique pour rattraper l’ensemble, le monde entier lui en veut et conspire contre lui, on est noyé sous les chiffres, les malédictions sont risibles, et puis le côté anges/démons on a déjà
donné merci.
Et puis bon.. savoir lors des dernières lignes du livre que 676 sont les nombres qu’il cherche tout du long, alors que c’est carrément le titre, ça me donne l’impression d’être prise pour une
imbécile. D’autant qu’aucune explication n’est donnée..

Conclusion, jetez tous votre tv

Conclusion, jetez tous votre tv

Parfois, j’ai peur.
Pas de la grippe non. Je n’ai pas la tv, je passe complètement à côté de la psychose qui envahit la planète. Au point que j’ai un peu l’impression d’être une mauvaise mère pour avoir attendu 3
jours avant d’aller à l’hôpital pour mon fils qui avait 40 de fièvre et de me dire que peut-être j’exagère en n’allant pas consulter pour ses boutons. Je réalise que finalement, je ne suis pas
quelqu’un de si inquiet que ça. Je gère mes angoisses sans en référer à tout bout de champ à un médecin, je gère essentiellement dans l’optique de ne pas faire de mon fils un stressé.
Mais tout de même, quand il est devenu apathique, nous sommes allés consultés.
Pour une gastro et une fièvre qui ne voulait pas chuter.
Qui s’est avéré être une grippe.

..

Qui n’en était pas une.

..

Ça ne sert visiblement pas à grand chose de paniquer, pas à grand chose non plus d’aller à l’hôpital.
Non. Vraiment, parfois j’ai peur. Des gens qui paniquent à cause de la grippe.
Qu’un médecin, qui a fait tellement d’années d’études que quand tu te penches sur ton parcours c’est à peine si tu oses mentionner ta fac à toi, qu’un médecin, disais-je, puisse ainsi affirmer
qu’un bébé à la grippe quand on sait toutes les maladies infantiles qui les frappent, cela me fait halluciner. Si dès qu’on signale 40 de fièvre, on est grippé, on est assez mal barré.

Ceci dit, j’avais tort également. Ni gastro ni grippe, mon fils a simplement la roséole.
Ce qui explique pourquoi on n’a refilé cette saloperie à personne dans notre entourage !

D’inquiétudes, je n’ai toujours pas. Je n’irai pas consulter pour ses plaques-boutons qui d’ailleurs disparaissent déjà. Et je vais y réfléchir à deux fois avant de me rendre aux urgences. Dès
fois qu’ils lui trouveraient une leucémie.

Récupération

Récupération

Agde, France – Depuis le mois de juillet, la ville d’Agde expérimente le recyclage des eaux usées afin de les réutiliser pour arroser les espaces verts. La station d’épuration de la ville a donc
dû être équipée d’une nouvelle plate-forme de recyclage.

Le 6 juillet dernier, une plate-forme d’essai a été installée sur la station d’épuration de la commune. Conçue et gérée par la Lyonnaise des Eaux, cette plate-forme utilise la technique de
l’ultrafiltration par membranes qui permet la circulation de l’eau sous pression mais retient les bactéries et particules. L’eau épurée est alors chlorée puis stockée.

Ce système permet de produire en moyenne 20 mètres cubes d’eau par jour et un suivi scientifique permet de contrôler le résiduel de chlore, la qualité de l’eau recyclée, les effets de l’arrosage
sur une pelouse test et le fonctionnement du système de traitement.

L’objectif de cette expérimentation est de prouver la viabilité d’une telle filière en matière de qualité et de quantité d’eau produite. De nombreuses communes aimeraient développer le recyclage des eaux usées et attendent pour ce faire, l’assouplissement de la législation actuelle qui impose une limite de 50 à 100 mètres entre les systèmes d’aspersion d’eau réutilisée et les habitations et voies de circulation.

Source

Grippe A

Grippe A

Quand le petit gnome s’est levé de sa sieste hier après-midi, il avait 39,7° (trois jours de fièvre à 40)
Il n’a pas voulu manger plus que 50ml de bib, et le trouvant franchement apathique nous avons décidés d’aller aux urgences.

A l’accueil, il a fallu attendre 5 minutes qu’elle ai finit de montrer un truc sur son écran à une autre infirmière. A chaque fois qu’elle me posait une question, elle coupait ma réponse pour en
poser une autre. En gros un « oui mon général, non mon général » lui aurait suffit.
Je vois bien que toutes ces questions tendent vers la grippe, mais pour moi il a une gastro avec une fièvre tenace mais elle s’en moque.
Je me sens ridicule avec un masque sur le visage, mais surtout nous faisons peur au gnome et ça, ça me met pas mal en colère. Elle tente tant bien que mal d’en mettre au petit, qui bien sûr n’est
pas très coopératif (il l’était quand je lui ai mis, mais n’étant pas experte j’ai mis le masque du mauvais côté. Valait peut-être mieux un masque mal mis, que rien.. l’infirmière l’a mis dans le
bon sens, et le gnome l’a arraché ^^)

Nous suivons l’infirmière à l’extérieur de l’hôpital, sans comprendre pourquoi. De potentiellement malades, nous passons au grade de pestiférés, sans prévenir.
Nous entrons dans une tente où la poussette passe à peine. La clim est poussée à fond pile au niveau des sièges d’attente, je protège le gnome comme je peux en passant devant et je me prends à sa
place (autant que possible) un puissant air gelé dans le cou. Deux fois, parce qu’il faut repasser devant pour aller dans la partie médicale de la tente.
La femme médecin compte sur nous pour remettre le masque au petit, puis s’acharne elle-même devant notre manque de coopération évident et finit elle aussi par abandonner avec un « tant qu’il
n’éternue pas.. ».

Heureusement que nous ne sommes pas empotés, quand elle se met à discuter on le rhabille rapidement, il ne fait pas très chaud et il a tout de même 40°. Mais sa priorité est plutôt de nous dire
que non, il n’a pas de gastro, qu’on n’a pas 40° de fièvre avec une gastro ah ah. J’ai pas voulu discuter, j’avais pas envie de me m’énerver, mais il a déjà eu 40,3° avec une gastro. C’est elle
la chef, c’est pas grave. Et puis le point suivant m’empêche de répondre.
De gastro point, donc.
Mais la grippe par contre..

Le choc est rude. Le mot n’est plus le même cette année, il a une auréole d’inquiétude ce putain de mot. Et puis on est en septembre, c’est quoi ce bordel ? On en meurt de cette chose, grippe A
ou pas, les bébés et les personnes âgées en meurt toujours.
Il a la grippe, mais la dame se veut rassurante malgré son masque. Ses bronches sont en bon état (toux légère, rhume léger), pas de marbrures sur la peau. Donc, pas de test pour la grippe A.
<em>Vous revenez si ça s’aggrave</em>. Sans rire ? Avec une batte de base-ball, je vais revenir, fais moi confiance.

La « bonne nouvelle » de la journée c’est qu’avant ils donnaient un médicament à l’enfant, le faisait attendre 4h dans la salle d’attente, puis voyaient comment il avait réagit. En période de
<span>panique</span> crise, ils ne le font pas. Ils te renvoient chez toi, c’est toujours ça de gagner.

On a fait flipper la dame-médecin quand on lui a dit qu’on était en tramway. Au point qu’elle nous a donné 4 masques supplémentaires à mettre impérativement dans le tram, avec pour consigne de se mettre loin des gens (mais en a oublié de nous donner l’ordonnance)..
Je me suis vaguement dit que pour le coup, on risquait d’avoir le wagon pour nous tout seul en créant une forte panique dans la ville..

On est sorti de là avec empressement, au point qu’on a oublié de retourner à l’hôpital voir si on avait quelque chose à régler.
Hier soir il avait encore 40°, et nous avons suivis les conseils d’une maman ; son médecin lui avait expliqué que les bourses du petit garçon sont le centre régulateur thermique et qu’il fallait un jet d’eau bien froide dessus pour faire chuter la fièvre. Nous n’avons pas fait à la lettre, mais nous avons terminé son bain par un jet d’eau plus fraiche (sans être vraiment froide, on trouvait ça trop barbare).
On ne saura jamais si cela à fonctionné ou si c’est du hasard.
Mais une heure après, il n’avait presque plus rien.
Et ce matin, il s’est levé, toujours rien. Pas de fièvre, rien.
Il tousse encore un peu, mais il est en « pleine » forme.

La grippe aura duré.. 4 jours.. ?

On est un peu perdus, mais heureux et soulagés.
Par contre maintenant, on va avoir besoin de repos, nous..