Il existe un instant où l’on peut regarder droit dans le soleil

La maison a désormais son toit, et chaque fois que j’y entre je me sens protégée. Les murs dégagent une puissance folle, comme si jamais rien ne pouvait lui arriver, comme si la violence du monde ne pouvait l’atteindre. L’idée me vient régulièrement que peut-être celle-ci je vais la garder, qu’elle sera mienne et que j’y serai à ma juste place. Je vois – vraiment je vois – les espaces exister, je ressens les vibrations de notre vie future et d’une certaine manière, je m’y soigne.
D’ici une grande semaine devraient nous parvenir les fenêtres et les portes, un électricien, et plus tard du bois pour les cloisons. La situation est critique et je ne pose plus de questions. Alors, je ne sais pas comment on va payer la douche, comment on va se trouver un canapé ou des toilettes-sèches. Je ne sais pas.
Il me faudrait une rémunération mais il parait que l’argent ne tombe pas du ciel – et sans doute, des arbres non plus.
LeChat frôle le burn-out professionnel.. je trouve toute cette situation fort instable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *